• Nantes-Métropole
  • loire atlantique
  • Pays-de-la-Loire-NB
  • CMJN de base
  • CMJN de base
  • logo-veolia-vectorise-gris
  • kerviande-gris
Actualités

Deux joueurs du NBH racontent Kobe Bryant

Publié le

Mourad El Mabrouk et René Rougeau ont croisé la route de l’illustre champion !

Frappé par un destin tragique à 41 ans, celui que le grand Michael Jordan appelait « son petit frère » vient de plonger le basket international dans une immense tristesse. Trois ans après avoir tiré sa révérence à la balle orange et à son si célèbre maillot jaune et violet des « Los Angeles Lakers », l’icône du basket US s’en est allé avec sa fille Gianna laissant famille et amis effarés par la terrible nouvelle.

Cinq fois Champion NBA et deux Finales NBA avec les Lakers, sept fois Champion de Conférence Ouest et huit fois Champion de la Division Pacifique toujours sous le maillot des Lakers qu’il portera durant vingt saisons, il cumulera également d’innombrables titres et récompenses individuelles ainsi que de très nombreuses performances statistiques si chères au basketball.

Sous le maillot de la Sélection Nationale Américaine (2007 à 2012 – 15.3 points de moyenne), il sera médaillé d’Or en 2007 au Championnat d’Amérique et médaillé d’Or Olympique aux JO d’été en 2008 à Pékin et en 2012 à Londres aux côtés des Tyson Chandler, Kevin Durant, LeBron James, James Harven, Chris Paul et Carmelo Anthony

C’est à l’occasion de ces Jeux Olympiques de 2012 que Mourad El Mabrouk, avec la Sélection Nationale Tunisienne, a eu le privilège de rencontrer le déjà très célèbre Kobe. Huit ans après, l’émotion est intacte quand Mourad évoque ce merveilleux souvenir :

« Nous étions déjà très heureux de participer à ces J.O. et toute l’équipe rêvait d’avoir la sélection américaine dans notre poule et de pouvoir affronter ce qu’il se faisait de mieux dans notre sport. Je me souviens que l’équipe US n’était pas hébergée avec les autres athlètes mais était en vase clos sur un autre site. Ils sont pourtant venus un soir au Village Olympique sous l’œil bienveillant de leurs gardes du corps. Avec un de mes coéquipiers de l’époque, nous apercevons, installés tranquillement dans un des salons, Carmelo Anthony et Kobe Bryant en train de discuter. Avec mon partenaire, nous décidons d’aller vers eux incognitos mais impressionnés, pour leur demander de prendre une photo… Kobe nous a regardés en souriant et avec de grands yeux en nous disant : « Mais, on joue contre vous demain messieurs… » Le grand Kobe nous avait reconnu ! Signe que cette rencontre face à la modeste équipe tunisienne était préparée avec le plus grand sérieux ! Autre anecdote avec le fait qu’à l’époque, plusieurs de mes partenaires et moi-même, nous jouions avec des baskets « Kobe Bryant » ! Impensable de jouer contre lui avec ces chaussures donc nous avons utilisé nos autres paires détenues dans la dotation de la sélection. Un de mes coéquipiers a fait signer sa paire « Kobe » en souvenir ! Ce jour-là, nous sommes bien-sûr inclinés lourdement (47 points), mais cela est anecdotique… Les Américains nous ont respectés tout le match, nous étions dans un autre monde ! Jouant sur le poste 2, j’ai pu disputer quelques duels contre l’un des meilleurs joueurs au monde ! Quel joueur et quel talent, directement inspiré de son mentor Michael Jordan ! Quel souvenir et quelle chance d’avoir pu vivre ce grand moment dans ma carrière ! »

René Rougeau a également pu approcher la star en 2015, année qui marquera la fin de carrière de Kobe Bryant :

« Ayant grandi à Los Angeles, tous les enfants qui jouaient au basket avaient envie de devenir comme Kobe. En vieillissant, il est devenu mon joueur préféré devant Michael Jordan car il représentait notre ville et nous rendait tous fiers. Jamais de ma vie je n’aurais pensé jouer un jour contre lui, d’autant plus que je n’ai pas eu la chance d’accéder à la NBA. Grâce à Dieu, j’ai pu jouer pour une équipe (Maccabi Haïfa en Israël) qui faisait une tournée NBA lors de chaque pré-saison pendant un certain temps. Et, lors de ma deuxième année, nous avons eu l’honneur de jouer contre les Lakers. J’avais beaucoup de famille et d’amis présents au match et d’autres qui regardaient dans le monde entier et je peux vous dire que le niveau de pression était très élevé ! Je dois avouer que je n’ai probablement jamais été aussi nerveux que lors de ce match, de jouer contre mon idole. Mais une fois que le match a commencé, tout s’est envolé et j’ai pu me concentrer sur le jeu. Pendant le match, j’ai eu la chance de dire à Kobe que j’avais grandi à Los Angeles et je l’ai remercié d’être plus qu’un modèle pour moi et tant d’autres. Je peux vous dire qu’il appréciait l’admiration que j’avais pour lui. Ce match signifiait beaucoup pour moi puisque, au-delà de jouer contre lui, c’était aussi la dernière saison de sa carrière donc c’était encore plus spécial. Un rêve qui devenait réalité… Au cours de mes 10 années professionnelles et de mes 20 années de basket, ce fut de loin le plus beau moment de ma carrière. Merci pour tout Kobe, pour tout ce que tu as fait pour moi, pour le basket et pour tous les gens à travers le monde. Reposez en paix Kobe et GiGi et que Dieu vous protège. »

Les témoignages de Mourad et René sont en totale harmonie avec les innombrables marques d’émotion et de tristesse venues du monde entier. Les amoureux du basket n’oublieront pas ce joueur exceptionnel et ce grand professionnel aux grandes qualités humaines.

Repose en Paix Kobe, toi qui restera toujours vivant pour la grande famille du basket.

Tcarr

Nantes Basket Hermine