• Nantes-Métropole
  • loire atlantique
  • Pays-de-la-Loire-NB
  • CMJN de base
  • CMJN de base
  • logo-veolia-vectorise-gris
  • kerviande-gris
Actualités

Garry Chathuant, meilleur marqueur de l’histoire de la Pro B !

Publié le

Avec un total de 4 735 points inscrits en 15 saisons de Pro B, notre capitaine est tout simplement le meilleur scoreur de l’histoire du championnat. Et si le meilleur était encore à venir ?

Photo : Grégory Leroy

Tout expert de la Pro B connait Garry Chathuant En route vers ses 37 printemps et pour sa quinzième saison dans la division (Brest, Bourg-en-Bresse, Châlons-Reims, Rouen, Le Portel et bien-sûr Nantes), le natif des Abymes (Guadeloupe) a su faire tourner le compteur de son « scoring » personnel depuis son arrivée dans le monde professionnel.

À ce jour, notre poste 2/3 comptabilise 4 735 points inscrits en Pro B avec un record à 34 points lors de la défaite de Brest contre le SPO Rouen en 2003/2004. Il devance dans la spécialité un des tauliers de Pro B, Charles-Henri Bronchard (37 ans, Vichy-Clermont, poste 4) qui totalise lui 4 730 points. À la troisième place, on retrouve l’ailier franco-américain Eric Joldersma qui a terminé sa carrière en 2011 avec Aix-Maurienne et un total de 4 197 points.

Garry, c’est un joueur de club qui, exception faite de son passage à Rouen, a toujours passé plusieurs années dans les différentes formations qu’il a côtoyées. Un investissement total qui place le curseur des qualités humaines et sportives du capitaine nantais. Un joueur apprécié, proche de tout le monde et auquel les supporters ont envie de s’identifier.

Sa longévité sur les parquets peut surprendre les non-initiés mais est tout sauf le fruit du hasard. Son professionnalisme au quotidien, dans toutes les composantes de la vie d’un sportif de haut niveau (soins, alimentation, repos, etc.), a fait de lui un joueur important dans l’équilibre du collectif nantais. Le coach nantais confirme : « Même à 36 ans, il est indispensable à l’équipe. Je pense même que je le fais parfois beaucoup trop jouer (rires) ! ».

Il est probablement l’un des visages les plus connus de Calicéo où il se rend presque tous les jours pour optimiser sa récupération et son bien-être. Une preuve de plus de sa capacité à prendre soin de son corps.

Son âge pourrait laisser penser que Garry capitalise sur son vécu et son expérience pour continuer de performer au haut niveau. Et bien non ! À 36 ans, l’Antillais a toujours soif d’apprendre, de faire les choses de façon différente. « Il pourrait penser qu’il sait déjà tout mais non, il s’adapte sans cesse aux commandes parfois différents d’un coach à l’autre. En fait, il a l’état d’esprit qu’un joueur de 20 ans devrait avoir, et toujours avec le sourire et la bonne humeur » ajoute Jean-Baptiste Lecrosnier. Cette mentalité, cette ouverture d’esprit et sa capacité à faire le travail de l’ombre font de lui un redoutable adversaire, toujours motivé par l’idée de stopper son adversaire, d’éteindre le meilleur extérieur de l’équipe adverse.

Garry, c’est aussi un capitaine. Un leader par l’exemple comme les qualifient ses coéquipiers. Pas le plus vocal, parfois discret, mais qui sait parler quand il en ressent le besoin. Il incarne ce que l’équipe doit être capable d’incarner à domicile : une volonté de défendre la salle, de faire de la Trocardière une forteresse.

Comme le rappelle son coach, rares sont les joueurs qui sont restés autour des 40% à 3 points pendant toute leur carrière et Garry en fait partie, même si Jean-Baptiste Lecrosnier aime le mettre au défi pendant les séances d’entraînement et le pousser à plus exploiter ses capacités de shooteur : « Fais attention, ne shoote pas trop, tu risquerais de mettre plus de points » !

Et le joueur nantais pourrait encore pousser quelques saisons et on ne voit pas ce qui l’en empêcherait quand on voit son niveau de performance affiché cette année !

En attend, le petit challenge à suivre entre Garry et Charles-Henri Bronchard devrait reprendre de plus belle !

Et quoi qu’il en soit, la barre symbolique de 5 000 points n’est plus très loin et Garry Chathuant a encore de belles heures devant lui…

Garry Chathuant : « Je ne savais même pas que je détenais ce record au début ! Mais ça fait plaisir, surtout que c’est un record dans toute l’histoire de la Pro B. Maintenant que j’ai pris connaissance de ce record, j’ai envie de le garder pendant longtemps donc je vais continuer à jouer encore 5 ans (rires) ! Pour l’instant, j’ai toujours l’envie et l’énergie pour jouer donc je continue. Parmi mes matchs références en Pro B, je retiendrai surtout la victoire en Leaders Cup avec Nantes et la finale des playoffs avec Le Portel contre Évreux en 2015-2016. C’était aussi un moment historique pour le club. J’aime écrire l’histoire des clubs ! »

Jean-Baptiste Lecrosnier : « Quand j’ai repris l’équipe, je souhaitais mettre en place une ossature de joueurs français : des joueurs solides sur le plan sportif mais aussi et surtout au niveau de leur personnalité, ce qui correspondait parfaitement avec le profil de Garry. S’il est toujours en activité et performant aujourd’hui, c’est avant tout grâce à son professionnalisme : il sait gérer son corps, se préparer, s’entretenir, s’alimenter, se reposer… Un vrai professionnel depuis plus de 15 ans. Quand tu lui prends des rendez-vous médicaux, Garry est toujours à l’heure voire même en avance, même à 8h du matin. Et ce n’est pas une chose si fréquente dans notre milieu. Ce n’est donc pas étonnant de le retrouver à ce niveau-là. Avoir un joueur comme Garry dans son équipe, ça fait du bien, ça fait plaisir. On aimerait tous avoir un Garry dans son équipe. Il a en lui cette fraîcheur que tous les jeunes de 20 ans aimeraient avoir et cela explique son niveau et sa longévité. Humainement, c’est un élément important de l’équipe qui fait le lien entre les jeunes et les moins jeunes, entre les étrangers et les français : c’est une personne connectée avec tout le monde. »

En vidéo…

Nantes Basket Hermine