Le NBH sans solution(s) face au Paris Basketball (71/58)

Pour leur dernière sortie avant la trêve internationale, les Nantais ont globalement souffert et ne sont pas parvenus à confirmer le succès de mardi. Ils s’inclinent au final 71/58 face au Paris Basketball.

LE MATCH

Ce sont Jérôme Sanchez, Thibault Desseignet, Terry Smith, Ife Ajayi et Ludo Negrobar qui répondaient présent à l’appel de leur coach pour l’entame de ce match. 

QT1 – Une entame encourageante du NBH ! (13/18)

Juhann Begarin et Nobel Boungou-Colo annoncent la couleur et prennent les choses en main côté parisien avec deux réussites aux tirs primés. Smith et Negrobar sont à la réplique et le match est déjà bien lancé entre les deux formations (6/9 – 5e). Nantes défend bien et fait bien circuler le ballon en zone offensive, ce qui permet à Xavi Forcada (3 points) et Jérôme Sanchez à l’intérieur d’offrir aux Nantais le premier écart de la partie (10/16 – 8e). Barbitch a beau trouver la mire à 3 points, c’est René Rougeau qui, après une interception dont il a le secret, s’en va clôturer un score logique au terme des dix premières minutes (13/18 – 10e). Face à la bonne défense nantaise, les Parisiens comptent sept pertes de balles et pas de fautes personnelles !

QT2 – Aux abonnés absents durant 6 minutes (17/11)

Quoi dire sur ce début de second quart-temps, si ce n’est que seuls les locaux sont revenus sur le parquet de Carpentier pour poursuivre la rencontre. Un cinglant 15/0 en 6’02 (28/18) sous les premiers assauts menés par Boungou-Colo et un Evans Ganapamo en passe d’ouvrir une belle page de sa jeune carrière ! Il faut que ce soit Garry Chathuant qui, d’un tir primé, arrête la catastrophe, pour que le NBH rebranche le câble et reprenne le fil du match. Un 0/11 en retour du K.O. précédent avec un Ife Ajayi lui aussi très en vue et une réussite à trois points de Ludovic Negrobar. L’orage est-il totalement passé sur la capitale ? En tous les cas, les dégâts sont minimes puisque les Nantais rentrent au vestiaire avec simplement un petit point de retard (30/29 – 20e).

Ife Ajayi, joueur nantais le plus en vue contre Paris – © MELO

QT3 – Le siège d’un très FORT Evans GANAPAMO ! (24/11)

S’il y a un joueur qu’il ne fallait pas laisser revenir sur le terrain, c’est bien le franco-centrafricain Evans Ganapamo, qui ce soir, aurait pu armer du parking ou tirer lumière éteinte dans la salle, le ballon aurait trouvé le passage dans le cercle ! Avec 24 points dont 4/5 à 2 points, 5/5 à 3 points et 1/1 aux lancers, il a “presque” à lui seul scellé le sort de la rencontre (50/34 – 27e). Quatorze points inscrits pour lui dans cette période pendant que Nantes pêche par un jeu trop individuel sans parvenir à trouver une parade défensive efficace pour stopper la cavalerie parisienne (54/40 – 30e).

QT4 – Mieux, mais il fallait courir après le score… (17/18) 

Démarrer ces dernières dix minutes par deux “stops défensifs” était de bon augure pour l’indice de l’envie de réagir des joueurs de Jean-Baptiste Lecrosnier. Ife Ajayi confirme sa prestation du soir avec un 2+1 (54/43 – 31e). C’est ce diablotin de Ganapamo qui vient relancer les hostilités par un dunk rageur sur le cercle nantais. Mais une nouvelle fois, Ajayi provoque à l’intérieur et gagne son duel, obtenant une nouvelle fois le panier plus la faute (56/46 – 33e). L’américano-nigérian poursuit ses efforts et maintient l’équipe au contact des Parisiens (58/51 – 35e). On peut alors espérer un bon retour des Nantais pour la fin de match… Malheureusement, une succession d’incidents (faute technique, 1 faute anti-sportive, une contre-attaque manquée et une faute offensive), tout cela en moins de deux minutes, vient mettre à mal les espoirs ligériens (63/51 – 37e). Les Nantais sont atones et ne paraissent plus en mesure de réagir ! Boungou-Colo pourrait recevoir le prix Nobel de la gestion de fin de match en sachant faire tourner le chronomètre avec sérénité ! Malgré la combativité de Sanchez sur les dernières secondes, Nantes s’incline logiquement dans une Halle Carpentier qui ne lui porte pas bonheur (71/58). 

Encore beaucoup de ballons perdus (17) même si les Parisiens en ont eux aussi laissé en route (21). La lutte au rebond a tourné en faveur des locaux (44/34) face à Sleva (9) et Begarin (7), même si Kamagate, le spécialiste local, a été bien tenu. Ajayi réalise lui un de ses meilleurs matchs avec 19 points, 8 rebonds, 5 fautes provoquées et 23 d’évaluation pour 24’45 de jeu. La non-réussite à 3 points (4/20) n’a pas aidé les visiteurs mais ce soir, l’équipe la plus performante était celle de la capitale.  

Tcar

LA MARQUE

Paris

Ganapamo (24) – GendreySy (1) – Barbitch (7) – Kamagate (2) CherySleva (13) – Boungou-Colo (16) – Begarin (8)

Nantes

SyllaSmith (7) – Sanchez (10) – Rougeau (2) – Forcada (3) – Chathuant (5) – Negrobar (10) – Ajayi (19) – GauthierDesseignet (2)

ageagreementarrow_selectarrowdatelinelocalisationnationalitepictoticketpostetailletimeupload