Un NBH spectateur devant des Lillois adroits (79/99)

Devant leur public, les Nantais ont réalisé une prestation décevante face à un leader Lillois en pleine réussite qui s’est imposé dans les grandes largeurs (79-99) après avoir mené au score durant l’intégralité de la rencontre. Le NBH n’aura pas su se révolter au cours de cette rencontre et devra montrer rapidement un tout autre visage dans ce championnat de Pro B malgré un calendrier à venir plutôt ardu.

Grâce au bel impact de son pivot Ryan Rhoomes auteur des 6 premiers points de sa formation, le Nantes Basket Hermine restait au contact de Lille (6-9) dans les premières minutes de la rencontre. Mais les Nordistes allaient rapidement creuser l’écart avec, dans un premier temps, un 8-0 infligé à son hôte sous l’impulsion d’un Lorenzo Thirouard-Samson en réussite. Et l’avance lilloise allait encore prendre de l’ampleur du fait des largesses défensives nantaises : un 7-0 lillois leur offrait un avantage de 14 longueurs (10-24) avant que le meneur Vincent Golson conclue ce premier quart-temps sur une dernière réussite au buzzer (15-31).

Les Nantais devaient absolument se reprendre en défense mais cela n’était pas le cas puisqu’ils encaissaient un 9-0 en début de 2ème quart-temps (17-40). Les locaux étaient anéantis et seul Ryan Rhoomes parvenait à sortir la tête de l’eau. Les hommes de Jean-Marc Dupraz, pas assez intenses, subissaient de plein fouet la grosse adresse dans les tirs primés des Lillois qui signaient un formidable 6 sur 6 dans l’exercice dans le 2ème quart-temps. Logiquement, l’écart ne faisait que croître pour atteindre les 29 points au moment de rejoindre les vestiaires (30-59).

En début de 3ème quart-temps, l’intérieur nantais Thomas Hieu-Courtois tentait de sonner la révolte (38-60) et son adresse longue distance permettait au NBH de limiter la casse un tant soit peu (43-71). L’accalmie était de courte durée et les Lillois repartaient de plus belle avec notamment un Marcos Suka-Umu précis. Les Red Giants parvenaient à conserver leur trentaine de points d’avance sans trembler avant le début de la dernière période (53-83).

Le 4ème quart-temps n’était alors plus qu’une formalité pour les Lillois qui géraient sereinement leur avance face à des Nantais démunis. Les supporters de la Trocardière continuaient malgré tout à soutenir leur équipe qui finissait à 20 longueurs des Lillois au buzzer final : 79-99.

Une prestation très décevante des Nantais qui n’auront pas su rebondir après leur élimination en Leaders Cup et qui subissent du même coup leur 3ème revers consécutif en Pro B. Le NBH se rendra à Chalon-sur-Saône dans une semaine avant de recevoir Châlons-Reims à la Trocardière le mardi 29 novembre à 20h. Après cette correction reçue à domicile, les hommes de Jean-Marc Dupraz et de Julien Zoa devront montrer un tout autre visage s’ils veulent justifier leurs ambitions.

Les réactions en conférence de presse :

Jean-Marc DUPRAZ (coach de Nantes) : “Il y a une équipe spectatrice et l’autre actrice. Une équipe veut gagner le match et l’autre vient jouer le match. On se tire une balle dans le pied avec cette entame de match, surtout à domicile. C’est surtout un problème d’énergie, d’envie, de dureté. Le problème est plus défensif qu’offensif. Il y a beaucoup de frustration. Je ne suis pas satisfait des prestations aux entraînements de l’équipe qui sont trop up and down. J’ai un sentiment de frustration mais aussi de honte de proposer cela devant notre public, nos partenaires. La base du sport de haut niveau c’est l’engagement. On s’est beaucoup focalisé sur la construction du jeu et sur la préparation. Et finalement, sur une semaine d’entraînement, seulement 2 sur 5 sont corrects en terme d’intensité. Quand je vois le dernier quart-temps, on a réussi à monter notre niveau d’intensité donc ce n’est pas un problème physique mais davantage un problème d’approche. Avant, on faisait des bons premiers quart-temps et on se faisait rattraper, comme à Orléans. Là, ça fait 2 ou 3 matches où l’on perd le fil. On va reprendre les fondamentaux et on va s’entraîner sur le terrain. On va se concentrer sur l’entraînement en lui-même. Ils ont été 2 fois plus vite, 2 fois plus hargneux que nous ce soir. Garry a eu des vertiges et n’a pas pu rejouer sur le terrain ensuite.”

Maxime BEZIN (coach de Lille) : “Satisfait parce que gagner à l’extérieur en Pro B, c’est compliqué. Gagner à Nantes quand on connait le coach Jean-Marc Dupraz comme moi qui ai travaillé 4 ans avec lui, ce n’est pas une mince affaire. On a réalisé une première mi-temps pas loin de la perfection. On est sur un nuage à ce moment là et ça nous a permis de voir venir sur la seconde mi-temps. Je pense qu’il faut mettre en exergue les 64% de réussite à la mi-temps, ce ne sera pas tous les jours comme ça. Surpris de notre côté car on n’a pas fait une semaine d’entraînement au niveau auquel je m’attendais. On avait joué Ostende en amical pour garder du rythme et ça nous a fait du bien. On est le 17ème budget de la saison et on a joué chez quelques gros de la division. Il faut qu’on profite de ces moments là, c’est un début de saison qu’on n’aurait pas imaginé. On engrange de la confiance et une dynamique cela s’entretient. On regarde là où on est aujourd’hui et on verra dans 3 ou 4 mois. Soyons contents de ce qui nous arrive et continuons de travailler comme ça.”

Jean-François KEBE (meneur de Nantes) : “C’est difficile à expliquer. Collectivement, on n’a pas fait une bonne entame de match. On leur a donné beaucoup de confiance d’entrée de jeu. On n’a pas su respecter le plan de jeu mis en place par les coachs. Il va falloir maintenant rebondir. Tout le monde se cherche un peu, ça reste une nouvelle équipe, tout le monde apprend à se connaître. Tout le monde n’a pas encore trouvé sa place dans l’équipe. La volonté y était, on n’a pas abdiqué mais Lille nous a fait déjouer. On a essayé de mieux jouer mais ils nous ont impactés. A tous les niveaux, ils nous ont dominés. Ils ont mieux respecté le plan de jeu de leur staff que nous. Il nous faut travailler encore plus dur, travailler sur nos entames de matchs qui ne sont pas bonnes en ce moment. Il reste encore 29 matches, c’est un long championnat. Ce n’est pas un drame mais quand c’est à domicile, c’est plus dommageable.”

ageagreementarrow_selectarrowdatelinelocalisationnationalitepictoticketpostetailletimeupload